ACTIF Formation – Information – Conseil

155

35 heures / 1 stage / La Grande-Motte

1120 €

La Grande-Motte :

du 24 au 28/06/19

Formation réalisable en intra

De nos jours, monter le ton, faire planer une punition, promettre une récompense, manipuler légèrement, faire faire plusieurs fois des actions « pour que ça rentre », font trop souvent partie des leviers utilisés pour éduquer et faire évoluer un jeune. Mais vers quel type d'adulte ? Beaucoup de ces outils éducatifs, de ces « douces violences » sont légalement et surtout culturellement admises ; surtout « Si ça marche »... et même si ce n'est qu'à court terme.

Ces outils relationnels sont utilisés depuis la nuit des temps. C'est pourquoi il est temps aujourd'hui d'avoir une nouvelle pédagogie basée sur d'autres valeurs et d'autres niveaux de conscience. Cette nouvelle pédagogie vise à développer, chez le jeune ou l'usager, en plus des apprentissages éducatifs classiques :

une estime de soi (reconnaissant celle d'autrui),

un système de valeurs cohérent (avec lui-même et avec le monde),

une autonomie (collaborative).

Et la bienveillance inconditionnelle de l'adulte...

Tout éducateur, moniteur, cadre, psychologue, soignant, animant des groupes ou des réunions, soucieux de favoriser une émergence participative et démocratique de la parole.

Prérequis implicite : Cette formation implique des changements d'habitudes relationnelles (donc émotionnelles). Elle est souvent vécue comme impliquante et nécessite une capacité de remise en cause de la part du participant.

Connaitre les compétences relationnelles de base de la Communication NonViolente (CNV) de Marshall Rosenberg :

Observer sans juger, diagnostiquer ou interpréter.

Clarifier les enjeux implicites d'un propos ou d'un jeu relationnel.

Savoir percevoir, comprendre, accueillir et reformuler de manière recevable, l'émotion de l'autre.

Poser une consigne claire, précise et adaptée.

Ecouter avec empathie : savoir reformuler l'intention ou le vécu d'autrui, évaluer les moments où l'écoute est nécessaire.

Identifier le niveau de conscience (selon le modèle de K. Wilber) de notre proposition éducative.

Changer de registre face à une invective ou une sollicitation relationnelle ; provoquer une prise de hauteur (et une prise de conscience chez le jeune).

Dire et transmettre ses valeurs éducatives tout en permettant le cheminement constructif de celles d'autrui.

Découvrir la notion de « coaching éducatif » : Gérer une progression accompagnée du jeune en définissant des modalités inspirées par l'éthique de bienveillance (par exemple : en définissant des objectifs concertés, accessibles, tout en étant ambitieux...)

Cultiver sa propre disponibilité relationnelle à la bienveillance. Evaluer son besoin de soutien, savoir en donner aux collègues.

Issue des approches de Karl Rogers (le père du concept d'empathie), le processus de Communication NonViolente (CNV) de Marshall Rosenberg nous propose un regard bienveillant sur la relation éducative.

Découvrir le processus de la Communication NonViolente. Ainsi proposer aux participants plus de conscience de l'impact relationnel et émotionnel de leur posture éducative.

Sur ces bases, développer une éthique relationnelle dans les domaines de :

La communication : Une affirmation posée et préservant l'intégrité de l'autre ; une écoute disponible et empathique.

La connaissance (et conscience) de soi : les valeurs qu'on transmet, le niveau de conscience qu'on utilise (ex : apprentissage par peur ou par l'envie de collaborer...), notre état émotionnel, nos aprioris implicites, etc.

La connaissance de l'autre en développant décentration, psychologie, empathie et un accompagnement flexible s'ajustant à la personne.

A l'aide du modèle de la spirale dynamique de K. Wilber nous verrons comment devenir des « éducants » plus à même d'élever le niveau de conscience :

de la relation et du cadre relationnel qu'ils tissent,

du modèle qu'ils présentent,

de la vision du monde qu'ils proposent aux jeunes qu'ils accompagnent.

Jeux et exercices de communication (verbaux, non verbaux, d'implication corporelle...).

Les apports théoriques viennent compléter et éclairer les jeux et exercices de communication. Des mises en situation, à partir d'expériences vécues, permettent de prendre du recul et d'intégrer les apprentissages.

Éric BARNOUIN